Carte postale littéraire : mon voyage à Cuba avec… Alejo Carpentier

25 Août

2015-08-24

Cet été, les Inopinées partent à Cuba, et vous proposent leurs cartes postales littéraires. Classiques, sulfureux, historiques, esthétiques et éclectiques, quel sera votre roman préféré pour vous accompagner sur l’île du Che ?
Pam, Kelly et Jen vous présentent en quelques mots et extraits les incontournables de la littérature cubaine.

Carte postale #1

Le Siècle des Lumières, Alejo Carpentier

Un auteur cubain et musicien, un sujet classique, une écriture baroque. Et vous voilà au cœur des Caraïbes au temps des alejo_carpentier_2pirates et de la Révolution. Sofia, Carlos et Esteban, héritiers d’un riche marchand de La Havane, se trouvent pris dans le tourbillon révolutionnaire quand il atteint les Antilles, en la personne de Victor Hugues, aventurier, négociant, héros de la Convention. De La Havane à la Guadeloupe, en passant par la Guyane, Saint Domingue, Port-au-Prince, Alejo Carpentier ressuscite le Nouveau Monde de ces temps troublés… car d’autres révolutions ont touché Cuba avant LA Revolución !

Extrait sur La Havane :

« C’était une ville éternellement livrée au vent qui la pénétrait, assoiffée de brises de mer et de terre ; volets, jalousies, battants, girons ouverts au premier souffle frais qui passât. Alors tintaient les lustres et les girandoles, les lampes à franges, les rideaux de verroteries, les girouettes tapageuses, publiant l’événement. Les éventails en feuilles de palmier, en soie de Chine, en papier peint, s’immobilisaient. Mais après un fugace soulagement les gens se remettaient à brasser un air inerte, à nouveau retenu entre les murs très hauts des appartements.» (p22)

L’arrivée de la guillotine en Guadeloupe :

« Ce jour-là vit le commencement de la grande terreur dans l’île. La machine ne s’arrêtait plus de fonctionner sur la place de la Victoire, accélérant le rythme de ses coups. Et comme on était curieux d’assister aux exécutions, en une ville où tout le monde se connaissait de vue ou se fréquentait […] la guillotine centralisa désormais la vie de la cité. La foule du marché se déplaça vers la belle place du port, avec ses comptoirs et ses fourneaux, ses étalages aux coins des rues, ses déballages au soleil, tandis qu’on entendait crier à tout moment, entre deux têtes hier respectées et adulées qui tombaient, les beignets et les piments, le corossol et le feuilleté, la pomme-cannelle et le pagre frais. » (p208)

À voir à La Havane : la fondation Alejo Carpentier, dans la maison coloniale qui a servi de modèle à la demeure de Sofia, Carlos et Esteban, décrite dans le livre.

Buenas !

Kelly

Le Siècle des Lumières, Alejo Carpentier, traduit de l’espagnol (Cuba) par René L.-F. Durand , Folio, 1997 (traduction de 1962)

Publicités

Une Réponse to “Carte postale littéraire : mon voyage à Cuba avec… Alejo Carpentier”

Trackbacks/Pingbacks

  1. Best of 2015 #Kelly | Les Inopinées de Melrose - 28 décembre 2015

    […] carte postale baroque : les Lumières aux Antilles, un parfum révolutionnaire flotte avant l’heure sur La […]

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :