Pamela Proust : Le classicisme et l’impertinence

Lectures du moment : Des femmes disparaissent, Christian Garcin

Auteurs favoris : Molière, Jane Austen, Francis Scott Fitzgerald, Romain Gary

Films pêle-mêle : La Grande Bellezza, Certains l’aiment chaud, Un air de famille, West Side Story, Le Nom de la Rose, Chambre avec vue, Le Nouveau Monde, Les Visiteurs du soir, Fenêtre sur cour, La fureur de vivre.

Envies : théâtre !

Publicités

Une Réponse to “Pamela Proust : Le classicisme et l’impertinence”

  1. jeuneetmarre 14 mai 2013 à 5 h 54 min #

    Ah yes : sucre sale!!

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :