Tag Archives: étrange

Promenades en terres étranges

28 Jan

IMG_3930

L’étrange est une catégorie… étrange. Les contours en sont assez flous, et on ressort en général de cette littérature aux frontières de l’imaginaire avec des sentiments très variés. De l’adoration à l’incompréhension, toute interprétation est permise. Mais les nouvelles de Monique Debruxelles sont du bon côté de l’étrange. Elles en sont même la définition : son univers et celui de ses personnages ressemble au nôtre, sans tout à fait pouvoir l’être, leur manière de penser et d’agir est compréhensible jusqu’à un certain point de bascule, les noms de lieux, même inventés, nous paraissent familiers.

Et ces lieux ont une importance, car la plupart des personnages sont en fuite. En fuite à cause d’un problème… étrange. L’une est condamnée à vivre un lundi éternellement recommencé, l’autre a peur d’un mot qu’il ne faut pas qu’elle rencontre, l’autre encore ne peut empêcher les gens de l’aimer un peu – beaucoup – trop. Chacune des protagonistes de ces histoires courtes fuit à son façon, s’isole, part séjourner dans des villes inconnues, voire recommence tout à zéro. Chacune redevient une étrangère : on croyait l’avoir comprise, mais elle nous inquiète. Le propre de l’étrange.

Ces personnages qui cherchent en vain le repos n’échapperont pas à leur destin. C’est bien aussi un tour de force majeur que d’allier le suspense d’une nouvelle à l’inflexibilité du fatum. Imaginez un peu, la malice d’une fable de La Fontaine conjuguée à l’inexorabilité d’une tragédie grecque : cela donne neuf nouvelles brillantes, subtiles, où la maîtrise et la distinction du verbe apportent une tonalité classique qui fait encore mieux ressortir… l’étrange !

Laissez-vous gagner par le charme de l’étrangeté : profitez, de ce côté de la frontière, vous ne risquez (a priori) rien.

Merci à la Voie des Indés, à Libfly et aux éditions Rue des Promenades pour cette très jolie découverte.

Jen

Croisés chez Kordilès, Monique Debruxelles, illustré par Julos Menez, Rue des Promenades, 2013

Montages1

Publicités

Les premiers jours du monde

1 Nov

file50d1f5a54152a

Chroniqué dans le cadre du Festival des Littératures européennes de Cognac 2013, en partenariat avec le réseau social du livre Libfly
L’homme vertical est nommé pour le Prix des lecteurs. 
 

Un livre singulier.

On a les éléments de décor simples : dans un petit village d’Italie, les dépendances d’une ancienne exploitation agricole, où un fameux professeur de lettres s’est retiré de la vie publique après un scandale. Sa cave, sa bibliothèque, son bureau où sont rangées les lettres qu’il adresse à sa fille sans relâche depuis sept ans qu’il ne l’a plus vue.

Puis, étrangement, l’image se fissure. Les routes ne sont plus sûres, les hordes de chiens se dévorent entre elles, les habitants quittent le village pour la frontière française, même s’ils ne savent plus vraiment où elle se trouve et même si les avions bombardent tous les convois qui tentent de la franchir.

Et sans qu’on en prenne conscience immédiatement, cela devient plus grave. Les vivres se font rares, les maisons sont pillées et brûlées, aucune nouvelle des autorités, si elles existent encore.

Que s’est-il passé ? Le professeur s’en occupe peu, couché sur le ring, mis KO par son drame à lui. Mais quand l’apocalypse latente le rattrape, il doit se relever. Pour protéger sa fille et les quelques êtres encore chers à son cœur qui n’ont pas sombré. Malheureusement, il n’a rien d’un super héros, et l’on éprouve avec acuité et horreur notre impuissance, face à la cruauté pure et animale de ce nouveau monde-là.

Il lui faudra traverser les routes et les montagnes, endurer la neige nu, chercher sans sommeil son chemin, revenir affamé sur ses pas, et finalement tout perdre, jusqu’à la dignité la plus élémentaire. Attendre que lui soit enfin donnée sa chance de relever la tête, de reconstruire, de redevenir l’homme vertical.

Pam

L’homme vertical, Davide Longo, traduit de l’italien par Dominique Vittoz, Stock, 2013

visuel 2013(3)

En savoir plus sur le Festival 

En savoir plus sur le Prix des lecteurs 

%d blogueurs aiment cette page :