Tag Archives: mafia

Carte postale littéraire 2016 #3 à Naples avec Elena Ferrante

30 Août
Cet été, les Inopinées vous emmènent dans le sud de l’Italie et vous proposent, en dolce (c’est le dessert!pour conclure ces lectures estivales et gourmandes, L’amie prodigieuse, d’Elena Ferrante.

ferrante

Le lendemain, sur le chemin de l’école, Lila me dit avec son ton habituel : de toute façon, moi, l’examen, je le passe quand même. Je la crus, car lui interdire quelque chose étai inutile, nous le savions tous. Elle semblait la plus forte de nous toutes, les filles, mais aussi plus forte qu’Enzo, Alfonso ou Stefano, plus forte que son frère Rino, plus forte que nos parents, plus forte que toutes les grandes personnes, y compris la maîtresse et les carabiniers qui pouvaient nous mettre en prison. Même si elle était d’aspect fragile, aucune interdiction ne tenait devant elle. Elle savait comment passer les limites sans jamais vraiment en subir les conséquences. En fin de compte les gens cédaient et, même si c’était à contrecœur, ils étaient obligés de la féliciter. (p76)

Naples, les années 1950. Dans l’âpreté et la vulgarité du quartier populaire de Naples où elles se rencontrent, l’amitié singulière entre Lena et Lila détonne. En compétition en tout, les deux petites filles ne tardent pas à se rendre compte qu’elles sont en réalité deux… contre le reste du monde. Contre la bêtise des parents et des frères, contre l’orgueil mal placé des hommes, contre la violence des caïds mafieux du quartier. Pour s’en sortir, les armes de Lena seront le latin, le grec et la philo, et celles de Lila, sa malice et sa beauté, puisqu’on lui refuse l’éducation.

Une belle saga, et un des best-seller de l’année… qui m’a parfois un peu ennuyée je l’avoue, par certains côtés naïfs et répétitifs. Mais la peinture sociale est très réussie. Et puis les desserts ne sont jamais exceptionnels en Italie, fallait s’y attendre !

À voir sur place : il n’y a qu’à marcher dans les rues de Naples, passer par la très jolie île d’Ischia aussi, où Lena goûte ses premiers moments de liberté, loin de son univers oppressant, à lire sur la plage… et on la comprend.

Dolce : L’amie prodigieuse, Elena Ferrante, traduit de l’italien par Elsa Damien, Folio, 2016

Fin de ce menu littéraire d’été, rendez-vous prochainement pour les nouvelles pépites de la rentrée !

Jen

Publicités

Lost in vice

21 Mar

IMG_3938

Ça commence très fort.

Vous supprimez cet article, ou c’est vous qu’on supprime. Et peut-être bien votre famille aussi. Mais on s’occupera de vous en premier, pour que vous appreniez quelque chose avant de mourir.

Polar ? Thriller ? Roman noir ? Noui. Une enquête. Une enquête menée par un journaliste pas comme les autres, dans un pays bien différent du nôtre et du sien.

Nous sommes au Japon, en 2005. Jake Adelstein, juif américain, travaille depuis plus de 12 ans au sein du service Police-Justice du Yomiuri Shinbun, l’un des plus importants journaux japonais et le quotidien le plus lu au monde (14 millions d’exemplaires par jour).

En tant qu’étranger ne maîtrisant pas encore complètement le japonais à son embauche, Jake a eu la vie dure, et en même temps, la possibilité de faire semblant de ne rien comprendre et de passer pour un con quand ça l’arrangeait. Mais face à ce yakuza qui le menace, il ne peut plus faire semblant. Et pour la première fois de sa vie, il renonce. Enfin, pas pour longtemps…

Sans titre

Ojama shimasu : au Japon, lorsqu’on rend visite à quelqu’un, on prononce cette phrase rituelle qui signifie « Je vais vous déranger honorablement ». Ouvrir cette très belle édition de Tokyo Vice, c’est comme ouvrir votre porte à Jake Adelstein lui-même, et tandis qu’il prétendra vous « déranger honorablement », un univers insoupçonné mais réel, complexe, et très noir s’offrira à vous… Et vous finirez même par lui proposer de passer la nuit chez vous.

Car, pour la manipulation, Jake a été à bonne école. C’est lorsqu’il entre au Yomiuri, en 1993, qu’il entend pour la première fois l’expression « geishas mâles », qui désigne les journalistes, prêts à tout pour obtenir un scoop, qui courtisent la police à bâtons rompus. Vous pouvez dire adieu à vos idéaux d’intransigeance, d’indépendance, d’objectivité. Jake n’en est plus là depuis longtemps. Dès son premier poste en province, il a appris à aller chercher l’info avant qu’on la lui donne, même si ça signifie lécher avec application toutes les bottes des pires flics ou même échanger une info contre une autre avec un criminel. Le travail consiste donc avant tout à se construire un réseau. Chaque journaliste est encouragé à entretenir des liens de proximité avec les policiers, des liens qui flirtent avec l’amitié, sans en être jamais tout à fait :

– C’est du bon boulot, Adelstein. Mais tu vas devoir le faire parler, est-ce que tu as un plan ? Est-ce qu’il a des gosses ? – Aucune idée. J’imagine que oui. Je crois avoir entendu dire qu’il avait des filles. – Très bien. Apporte des glaces. – Il commence à faire vraiment chaud, la glace va être dans un sale état. – Prend un sac isotherme, couillon. – Mais pourquoi de la glace ? Parce que les gosses adorent ça ? – Non, non. C’est un cheval de Troie, Adelstein. Ça te permet de rentrer chez lui. Si le flic n’est pas là, tu peux toujours dire à sa femme « Oh, j’ai acheté de la glace pour lui. Est-ce que pouvez la mettre au congélo ? » S’il est chez lui, il acceptera peut-être la glace et t’invitera à entrer. Si ses gamins la voient, ils en voudront. Et peut-être bien qu’ils t’aimeront pour ça. (p161-162).

Maintenant que vous avez mis de côté votre amour propre et votre sens moral, vous pouvez travailler. Tout en essayant de ne pas perdre les pédales, Jake Adelstein fait ses armes, puis est affecté à Tokyo, au service de la brigade des mœurs (du journal, ou de la police, on ne sait plus très bien…). En 1999, à Kabukicho, le quartier le plus débauché de Tokyo, il commence à entrevoir la réalité du pouvoir des yakuzas : bars à escrocs, trafics de drogue, traite des femmes… La tête pas toujours très froide, Jake suit ses policiers-informateurs sur le terrain, puis les hôtesses, les prostituées, les maîtresses de yakuzas… Et enfin, les yakuzas eux-mêmes. Il découvre les rouages de cette mafia surpuissante, qui vampirise non seulement les secteurs du jeu et de la prostitution, mais aussi l’immobilier, la finance, la banque. En 2005, il apprend que le chef d’un des gangs, Tadamasa Goto, s’est fait opérer d’un cancer du foie aux États-Unis, dans une clinique réputée de Californie, sans jamais être inquiété par les autorités. Jake mène l’enquête, affûte ses preuves, asticote le FBI qui a cédé au chant des sirènes de Goto pour obtenir des renseignements sur les sociétés-écrans des yakuzas. Voilà le scoop de sa vie.

Vous tenez donc votre scoop. Et vous vous êtes mis à dos 86 000 yakuzas remontés qui ne cachent pas leur intention de vous faire disparaître. Vous savez que vos amis de la police ont un pouvoir limité, et vous avez pris toute la mesure de la connivence qui lie le parti politique majoritaire et la mafia. Mis sous pression, Jake Adelstein recule, et démissionne du journal pour mettre sa famille à l’abri. Mais il ne lâche pas l’affaire. Son article est finalement publié en 2008… par le Washington Post. Il paraîtra plus tard au Japon, et forcera Tadamasa Goto, exclu de la mafia, à se retirer dans un temple.

Vous refermez votre porte et Jake s’éloigne dans la brume matinale du soleil levant. Alors, vous prenez un dernier verre de saké et vous vous replongez dans son livre. Ça y est, vous l’avez dans la peau aussi, le Tokyo Vice.

Kelly

2016-03-20

Tokyo Vice, Jake Adelstein, traduit de l’anglais (États-Unis) par Cyril Gay, éditions Marchialy. Magnifiquement composé et illustré par Guillaume Guilpart.

%d blogueurs aiment cette page :