Tag Archives: Pam

Mourir sur scène

3 Jan

WP_20160102_17_27_56_Pro (2)Le sang rouge et chaud fait tourner la tête, il donne naissance à des images et à des idées, et il mène parfois jusqu’à la folie. Alors que le sang bleu et froid, lui, c’est la maîtrise, c’est la retenue, c’est le calcul, c’est ce qui oblige l’artiste à considérer son ouvrage d’un œil critique, à supprimer le superflu et à rajouter l’indispensable.

Quand son père lui plonge un cœur de porc encore chaud dans la main et lui ordonne de serrer, Ida n’a pas dix ans, et tout ce qu’elle veut, c’est devenir actrice. Elle s’évanouit. À son réveil, son père la met en garde : pour régner sur les cœurs, comme peuvent le faire les grands acteurs, il faut une force spéciale, unique.

Toute sa vie, Ida Zmoïro cherchera à atteindre cette maîtrise ultime, ce pouvoir que confère le sang bleu et froid. Au cinéma – une brève carrière qu’un accident achève. Au théâtre – l’illumination de La Mouette, en Nina Zaretchnaïa féérique. Puis plus rien.

Quarante ans d’attente, pendant qu’à Tchoudov la vie passe, à la fois banale et cruelle. Les hommes aimés et admirés un jour, le lendemain disparaissent, accusés d’avoir trahi le communisme. Le communisme lui-même finit par disparaître, comme ça, il semble que c’est ce que les choses et les gens font.

Ida Zmoïro voulait être une grande actrice. Ce sang bleu, elle l’a entraîné, affûté, aiguisé, des années durant, dans sa Chambre noire de Tchoudov. Depuis La Mouette, elle n’est plus montée sur scène, mais elle a déclamé tout Shakespeare au vieux Vdovouchkine, qui craignait de mourir idiot. Personne au village n’avait compris cette fille effrontée, qui avait côtoyé les plus grands à Moscou, et était revenue vivre et vieillir chichement dans le capharnaüm misérable de sa maison natale.

Personne n’avait compris qu’elle n’avait pas encore prononcé sa dernière réplique.

Personne n’avait compris qu’il faut parfois attendre jusqu’au dernier souffle pour jouer son meilleur rôle…

Livre conseillé par la librairie Compagnie, merci !

Pam

La Mouette au sang bleu, Iouri Bouïda, traduit du russe par Sophie Benech, Gallimard, 2015

Publicités

Best of 2015 #Pam

16 Déc
Bilan : Pas mal de fumisteries anglaises, une histoire américaine et une bonne dose de daïquiris sous les ventilateurs assidus de La Havane… De quoi accueillir 2016 dans la sérénité !

 

L’article le plus lu : Join the club ! IMG_3913

Des lords anglais et leur amour inconditionnel pour le tabac, la pipe, et les amis discrets… Emparez-vous de votre meilleur cigare et rejoignez le club !

 

 

Le chouchou : La révolte des cœurs sages WP_20150716_01_06_11_Pro

Un retour aux terres de l’enfance, une mise au point, un nouveau départ. L’histoire est simple, le style unique. La grande découverte de l’année, sans conteste.

 

 

9034-gfSans oublier la carte postale littéraire  : Graham Greene fait revivre La Havane glamour et scintillant des années 50, où l’incompétence des services secrets britanniques alliée à la naïveté d’un vendeur d’aspirateurs crée le quiproquo du siècle…

 

Join the club !

22 Oct

IMG_3913

Il y a des jours où je rêve d’être un gentleman anglais célibataire. J’aurais mon appartement dans un hôtel particulier où ne logeraient que des amis, mon fauteuil, ma cheminée (mon valet!), ma bibliothèque. Pas d’importun, pas d’urgence. Juste le temps, le temps de s’asseoir et de fumer une pipe ou un cigare.

James M. Barrie et ses amis mènent, dans cette « étude fumeuse », le genre de vie que se permettait une certaine littérature, encore au XIXe siècle : ils n’ont pas de travail (ou ont l’élégance de ne pas en parler) et jamais de problèmes d’argent. Ils n’ont pas de relations – les femmes, la famille, les collègues n’ont jamais constitué la matière d’un seul roman intéressant. Tandis que le tabac !

Voilà leur seule véritable source de plaisir : fumer. Non pas fanatiquement et frénétiquement, mais en esthètes, comme l’amateur goûte un vin ou un met. Ils se disputent l’autorité, dans l’art de distinguer le bon tabac du mauvais, de trouver La pipe qui en magnifiera l’essence, la blague fidèle qui saura le conserver. Cependant, une chose cruciale les réunit. L’Arcadie. Un tabac si unique et si subtil, à les entendre, si incomparable, qu’il a soudé ces hommes pour toujours : « lorsque nous nous retrouvons, il est impossible de nous distinguer autrement que par nos pipes ; mais, fût-il en compagnie de personnes fumant un autre tabac, chacun d’entre nous serait considéré comme un parfait excentrique. Tel un Chinois en Europe. »

Dans ce club très select des Arcadiens, on parle peu mais on apprend des choses fort utiles : des mérites comparés du mariage et du tabac, des astuces pour éviter les fâcheux bavards aux dîners ou les assauts infatigables des femmes… La base de tout hédonisme, en somme !

Comment entrer dans le club ? me demanderez-vous. Travaillez un peu votre anglais, puis… Un zeste de flegme, une bonne dose de mauvaise foi, un soupçon d’ironie, et vous êtes en Arcadie.

Pam

My Lady Nicotine, James M. Barrie, traduit de l’anglais par Évelyne Chatelain et Jean-Paul Mourlon, Attila, 2008

+ mention spéciale pour ce très beau livre, et les illustrations de Quentin Faucompré :

Capture

Capture1

Le propriétaire principal de tout le temps du monde

1 Oct

IMG_3906C’est avec un deuil que commence l’automne, avec une fête que finit l’été. Le passeur est mort. La fête de la saint Anne est demain. À Furstenfelde, certains se couchent, mais ceux qui nous intéressent, qui intéressent les esprits qui content cette histoire, ce sont ceux qui ne se couchent pas. Monsieur Schramm, Madame Kranz, Anna. La renarde. Le carillonneur et l’apprenti carillonneur. Que font-ils ? Que pourraient-ils faire ? Les esprits sont inquiets maintenant que le passeur est mort. Plus personne pour raconter l’histoire des lacs, le Grand Lac et le Lac Profond, plus personne pour donner l’alarme quand le diable se présente aux portes du village, plus personne pour se rappeler les fêtes de la sainte Anne.

À moins que par une nuit extraordinaire…

L’auteur, Saša Stanišić, 37 ans, père serbe, mère bosniaque, exilé en Allemagne à 14 ans. Un premier roman, Le Soldat et le gramophone, à propos duquel il déclarait en 2008 :  « Je m’accepte mieux, mais j’ai toujours l’impression de marcher au bord d’un gouffre. En écrivant, j’ai découvert que les livres sont une forme assourdissante de silence. » Un silence qu’il repousse et peuple, autant qu’il peut, dans son nouveau roman Avant la fête : voix multiples, narrateurs omniscients (ou presque) et facétieux, extraits de légendes, contes et manuscrits anciens… Et si l’on n’est pas assourdi, l’étourdissement nous gagne : sommes-nous en 2015, en 1965, en 1740, en 1588 ? Dans ce village d’ex-RDA qui a vécu toutes les guerres, toutes les ruptures, tous les traumatismes, Saša Stanišić est à la recherche des lignes de fond. La perpétuation des rites, les cycles éternels. Anna n’est-elle pas la même, au Moyen-âge comme au XXIè siècle ? Nous nous posons la question.

Saša Stanišić s’intéresse à la transmission des récits – ces échos d’un âge à l’autre – qui façonnent le monde présent, aux dépens de ce dernier. Au fur et à mesure que la nuit avance, il semble que certains trublions s’échappent des vieux grimoires pour venir perturber la préparation de la fête, à moins que ce ne soient les éminents membres du comité de création artistique, ou de la Maison du Patrimoine, qui débloquent un peu. À moins que cette ligne de fond qu’on recherche, ce ne soit justement la préparation de la Saint Anne par les habitants perpétuels de Furstenfelde, en 1522,1749,1965… Anna est sa propre légende incarnée.  

Rien de tel pour assurer que d’autres viendront conter l’histoire… et pour éviter le gouffre de l’oubli. On ne sait pas ce que la nuit apportera, un ou deux tableaux seront peints, une ou deux fenêtres seront brisées. Mais s’il y a une chose dont vous pouvez être sûrs, c’est que la fête aura lieu.

Pam

Avant la fête, Saša Stanišić, traduit de l’allemand par Françoise Toraille, Stock, 2015

Extraits :

« Le village frotte ses vitrines. Le village polit les jantes. Les pêcheurs misent sur le brochet, la boulangerie n’est pas avare de confiture pour fourrer les beignets. Plus d’un foyer va se prémunir d’une double dose d’insuline. Les filles maquillent leurs mères, les mères instillent des gouttes dans les paupières tombantes de pères fatigués, les pères ne retrouvent pas leurs bretelles. Le coiffeur ferait fortune s’il y en avait un. » (p33)

« Quiconque nous porte un intérêt sur le plan historique visite la Maison du Patrimoine. Des expositions s’y tiennent, des classeurs remplis de documents pour d’éventuelles recherches attendent les rechercheurs sur une commode décorée d’un adhésif représentant des grappes de raisin et il y a une photocopieuse qui fait en même temps fax. À l’occasion de la fête, un retraité venu de Californie s’est annoncé, il aimerait grimper sur son arbre généalogique. Il avait expliqué à Madame Schwermuth qu’il avait entendu dire que chez nous, la fin de l’été était la plus belle saison… Madame Schwermuth a demandé au retraité s’il connaissait un endroit où la plus belle saison n’est pas la fin de l’été. » (p145)

« Suzi sourit, le soleil brille. Dans le soleil, Magdalene accueille les vagues qui assouplissent son corps. Suzi en oublie sa mère, en oublie Gölow, Lada, son père, Suzi est le propriétaire principal de tout le temps du monde. » (p331)

%d blogueurs aiment cette page :