Tag Archives: Soirées de la petite édition

Homo homini lupus est

14 Nov

IMG_2890

Eh oui, l’édition indépendante a aussi ses titres un peu absurdes et à rallonge dans l’air du temps qui attirent inévitablement l’œil… Donc on a testé le « fakir/Ikéa » version indé avec ce nouveau roman de Tabish Khair, dont les deux premiers livres sont déjà parus chez Le Sonneur.

À première vue, ça commence fort. Par un froid matin d’hiver, dans les rues désertes d’Aarhus – riante bourgade danoise – notre narrateur se trouve dans sa voiture, garée sur le bas-côté, et tente désespérément de remplir un flacon de sperme pour la clinique de procréation médicalement assistée. Pris entre cette activité pas encore débordante, l’heure approchante d’une conférence qu’il est supposé donner à l’autre bout de la ville et que son compte en banque réclame à cor et à cri, et la menace d’une voiture de flics forcément suspicieux dans son rétroviseur, il craque. Divorce.

Retour à la coloc. Mais pas n’importe laquelle : notre narrateur, Pakistanais né musulman mais athée, emménage avec l’un de ses amis Indiens, Ravi, hindou de son état, dans l’appartement de Karim Bhai, chauffeur de taxi égyptien, et musulman pratiquant. Cela promet de belles heures cocasses, si chacun y met du sien. Et comme nous sommes en flash back avec un narrateur qui le sait déjà, il nous rassure, il y a bien un cataclysme final qui a déclenché ce récit.

Les deux amis n’ont pas immédiatement mesuré l’engagement religieux de leur propriétaire, mais s’en inquiètent ensuite d’autant plus que les tensions s’accentuent entre communautés – disent les journaux –, et il y a les réunions coraniques de Karim qui drainent plus de fidèles à l’appartement et toujours ces mystérieux coups de téléphone d’une femme désespérée… Ils ne veulent pas accuser Karim injustement et ils ne sont pas racistes mais…

Dans toute bonne fable intervient un fameux retournement, une sorte de « tel est pris qui croyait prendre » invocable à souhait dont les auteurs usent, voire abusent. Ici on assistera à une chute plus subtile et perverse, qu’on ne remarque pas forcément, bernés par l’humour, le prisme du narrateur. Mais à la fin, quand aveuglé par la honte et perdu parmi les siens, il ne peut plus lire son propre nom – qu’il a tu d’ailleurs pendant tout le récit – on est saisi d’un doute, et envahi par le malaise qui sourd dans ces pages. Si comme on dit depuis longtemps en Occident, l’homme est un loup pour l’homme, le narrateur a prouvé qu’il était irrémédiablement assimilé. N’est-ce pas ce que nous souhaitions ?

Jen

Comment lutter contre l’islamisme radical dans la position du missionnaire, Tabish Khair, traduit de l’anglais (Inde) par Antonia Breteuil, Le Sonneur, 2013

Dernière chronique pour la Voie des Indés, merci à tous les partenaires et rendez-vous l’année prochaine !

encartLibFly

Publicités

Et vous, que feriez-vous ?

6 Sep

IMG_2807

Imaginez qu’on vous pose cette simple question, « Que faire ? » et que l’on vous lance à travers la ville, le monde, l’histoire, la fiction, accompagné d’une nouvelle Ligue des gentlemen extraordinaires. Mais ceux-ci sont d’un type particulier. Ou plutôt non, justement, ils sont comme vous et moi : un thésard en socio, une caissière, un retraité, une chanteuse, un clochard,… et je vous passe toute la liste parce qu’il y en a treize. Et comme à vous, l’auteur leur pose cette question : « que faire ? », il attend une réponse de chacun, il les a convoqués pour cela.

Évidemment, il faut creuser. Allez, on n’est plus en vacances, on s’y met. « Que faire » cela ne veut pas dire « comment on va bien pouvoir s’occuper à treize ? », là on aurait des horizons assez prédéfinis (pique-nique, football, trois doubles de badminton avec un arbitre…), non ce groupe-là, que vous avez choisi de suivre, cherche tout simplement… à faire la révolution.

À chaque chapitre son personnage et sa proposition. Sur les chapeaux de roue (qu’elles appartiennent à des trains désaffectés, aux premières Citroën électriques, aux bus divers et variés du réseau intra et périurbain) on suit nos conspirateurs dans leurs lieux secrets. Ce sont des zones grises, de pouvoir ou de passage, des archives jalousement gardées ou des ruines abandonnées. D’elles, chacun tire une histoire, un peu la sienne un peu la Grande, et développe un plan d’action.

Un livre à tiroirs donc, picaresque (fièrement et plusieurs fois revendiqué en tant que tel) qui nous mène de Lénine à l’histoire du linotype en passant par les trottoirs des dealers de Seine-Saint-Denis. Sous l’influence d’un léger syndrome Bouvard et Pécuchet, l’auteur a des velléités  encyclopédiques. Ça n’est pas pour nous déplaire, mais d’une révolution programmée, viendrait-on à un état des lieux ? Même pour suivre les très grands pas des grands rebelles, il n’est pas toujours facile d’exhiber leurs traces sur la piste et de tout détruire… Les empreintes passées commencent à compter davantage que la table rase.

Ainsi vient l’histoire de l’auteur. Un deuil, de ceux qui surprennent, à jamais injustes, à jamais incompris.

Les ramifications de l’urbs s’étendent au fil du parcours. Au final sa structure est là, complète, les lieux n’ont pas explosé, tout est en place. Et avec l’auteur et les Treize on se rassure. D’une souffrance terrible on se relève, d’un échec, d’un oubli, d’une place forte, on peut sortir. On peut continuer, et toujours, encore, lire, écrire, chanter, manger, et rire. Ce qui me semble un programme révolutionnaire des plus efficaces !

Urbs, Raphaël Meltz, éditions Attila/Le Tripode, 2013

PS : on me conseille de rajouter que c’est plein d’humour, d’esprit, de sentiments et d’aventures, je voulais aussi le dire mais cela semblait moins essentiel. Sachez-donc que c’est vrai, il y a tout ça dans ces 230 pages et pas qu’un peu, mais j’arrête parce que là je fais du Raphaël Meltz, je métatexte, et il fait ça beaucoup mieux que moi.

Pam

2013-09-05

Première chronique pour la Voie des Indés, deux prochaines à suivre !

La Voie des Indés, avec Libfly, Libr’Aires, Mediapart, et les Soirées de la petite édition.

La rentrée des Indés : l’édition indépendante en marche !

2 Sep

Pour cette rentrée littéraire, les Inopinées participent à l’opération La Voie des Indés

Avec le réseau social du livre Libfly.comLibr’Aire, l’association des libraires indépendants du Nord – Pas-de-Calais, le journal en ligne Mediapart et les organisateurs des Soirées de la petite édition

encartLibFly

Qu’est-ce que c’est ? 

L’occasion de découvrir les publications de rentrée de « petites » maisons d’édition, trop souvent passées sous silence dans les médias traditionnels. Libfly, réseau social du livre, donne l’opportunité aux blogueurs de recevoir quelques titres de leurs choix, les chroniques des livres seront publiées sur le blog dédié à l’opération et les meilleures sur le site de Mediapart. Alors vous vous doutez qu’on n’a pas hésité une seconde.

Qu’est-ce qu’on va lire, hors pistes ?

Nous aurons donc le plaisir de vous faire découvrir, grâce à la Voie des Indés, trois titres :

Urbs, de Raphaël Meltz, aux éditions Attila-Le Tripode
Comment lutter contre le terrorisme islamiste dans la position du missionnaire, de Tabish Khair aux éditions Le Sonneur
Pour les femmes, de Thomas Rain Crowe, aux éditions Les Forges de Vulcain

Les lectures ont commencé, et on peut d’ores et déjà vous dire que ça promet.

Retrouvez toutes les infos sur l’opération la Voie des Indés ici, nous on s’active et on vous livre bientôt nos pépites de rentrée.

%d blogueurs aiment cette page :